Menu

Confesse Book

89 – Article paru dans la presse américaine

 

 

By Andre Hagestedt

 

Charlélie Couture est un chanteur Français, probablement la plus grande énigme du rock n ‘roll vivant aux États-Unis En effet, il n’habite même plus vraiment en France, mais il vit à New York. S’il est très important dans le monde francophone, ironiquement, bien qu’habitant parmi nous, personne ne le connaît vraiment ici.

CharlElie est une sorte de miracle musical, qui n’a pas seulement survécu artistiquement depuis ses débuts dans les années 80, mais  qui a su devenir encore plus inventif et innovant avec l’âge. Alors que la plupart des rock stars sexagénaires vivent dans les souvenirs de leurs précédentes décennies, monsieur CharlElie lui, continue d’innover. Dans les 20 dernières années, il a joué avec le hip hop surréaliste, avec un RnBlues dense, avec une sorte de country music influencé par l’Australie, et toutes sortes de music fusions en dehors de toutes les définitions.

Il est une sorte de Neil Young Français, même si cela pourrait sembler une description limitée. Car un jour il peut être foisonnant et romantique à la manière de Bryan Ferry, le lendemain décalé, jazzy et écorché façon Frank Zappa ou Tom Waits, voire même quelque part entre Randy Newman et Dire Straits.

Sa palette n’est pas seulement énorme, ses chansons sont terriblement bonnes.

Un plus pour l’Oregon: il est même venu à Portland il y a quelques années pour mixer son album “Fort Rêveur” au Rock ‘n Roll Studios BnB de Sean Flora.

 

 

————————————————————————————————

By Andre Hagestedt

 

Charlelie Couture. A French singer who is probably rock n’ roll’s greatest secret, and certainly the greatest musical secret living in the U.S. That’s right. He doesn’t even live in France anymore. He lives in New York. He’s huge in the French-speaking world, but ironically, though he lives among us, we don’t know him.

Charlelie is really a kind of musical miracle, having not just artistically survived since his debut in the 80’s but become more innovative with age. While most rock stars in their 60’s are living off fumes from their previous decades, Mr. C. continues to break new ground. In the past 20 years he’s toyed around with surreal hip hop, grinding blues/RnB, a kind of Australian-influenced country music and hordes of genres and musical fusions that defy definition.

He’s like a kind of French Neil Young, but even that is a limited description. One minute he can be lush and romantic like Bryan Ferry, the next a quirky, jagged jazziness like Frank Zappa or Tom Waits, or often somewhere between Randy Newman and Dire Straits.

His palette is not just enormous but his songs are frighteningly good. A plus for Oregon: he did come out to Portland a few years ago to mix his Fort Reveur album at Sean Flora’s Rock ‘n Roll BnB Studios.