Menu

Confesse Book

82 – Toute la vie – vole et zyva

Certes « Toute la vie » n’est pas une chanson très sexy, ni vraiment brillante, certes les astuces de production sont un peu éculées, les sons de synthés inspirés des années 90, le tempo faussement rock, les harmonies déjà entendues, les chœurs convenus et pour finir, certes ce clip vite fait est tout simplement grotesque. Mais quoi ? Depuis le temps, on devrait être habitué à ce genre de réalisation conventionnelle. Pas de quoi s’offusquer. Pourquoi soudain faire des grands gestes en jetant la pierre à son auteur-compositeur? Non, Goldman n’est pas réac parce qu’il dit « bougez-vous ». Au pire pourrait-on douter de l’utilité, voire de l’efficacité du message véhiculé par ces paroles simplissimes. (Je relève qu’au début il  fait dire à la bande d’adultes « nous on n’a rien volé » et à la fin ces mêmes répètent deux fois « vole et vas-y »… Mais  alors quoi ? ) Bref, c’est de la varièt’, une musique distractive qui se veut accessible à un large public. Concepts basiques et vocabulaire réduit. Pourquoi les « Inrocks » se sont-ils soudain focalisés contre cette chanson ? On s’en doute JJG n’est pas leur tasse de thé, alors à quoi ça sert de cracher dans la soupe populaire des restos du cœur, et d’en faire tout un plat contre ceux qui servent des milliers d’assiettes ?

Les interprètes bénévoles de cette farce sont ce qu’ils sont, si certains sont motivés par d’évidentes intentions marketing, so what ? Ça ne mérite pas une polémique nationale?

Arguments tirés pas les cheveux, et noms d’oiseaux outrés sur les commentaires internet. Les gens n’ont-ils rien d ‘autres à faire que de s’offusquer de ça ? Quel laboureur peut donc avoir intérêt à creuser le sillon « parents / enfants » ? À qui peut donc profiter cette guéguerre qui revient régulièrement entre «les Anciens dits ” vieux cons ” et les Modernes “dits “trous du cul » ? (Sachant que parmi le collectif qui joue les « anciens », se trouvent quelques trentenaires nubiles qui auraient plutôt leur place dans le gang des pubères mais bon).

C’est vrai que le thème de ladite chanson n’a pas vraiment de rapport avec le sujet des restos, pourquoi ne pas faire une chanson sur l’intransigeance religieuse, le réchauffement climatique, l’épuisement des produits de la mer ou celui des mines de métaux rares ? Peut-être aurait-il suffi simplement de le dire à l’intéressé ? Mais peut-être aussi que personne n’a « osé » contredire celui qui, depuis le début offre généreusement du temps et son talent pour composer au profit des plus démunis. Comme chacun d’entre nous, Goldman le fait avec ses moyens et avec ses potes de colo. On ne peut pas leur reprocher leurs bonnes intentions. Mais, les gens du cirque le savent bien, il y a de bons et de mauvais clowns. Rien de pire que d’essayer d’être drôles et de ne pas l’être, alors les producteurs ont insisté pour que les « chanteurs » soient appuyés par des professionnels de l’humour-drôle-qui-fait-rire, des vrais comiques venus comme des mercenaires à la rescousse pour déclencher des salves de ahahah et des ohohoh.

Bon à l’arrivée ça donne un divertissement popu, à la limite du spectacle de patronage animé par des célébrités en costume de nases. C’est lourd mais ça vaut toutes les émissions démagos qui visent le Grand Public. Ni plus ni moins.

Conscients que le ridicule ne tue que ceux qui s’en défendent, les interprètes de cette mascarade sans prétention, se justifient en disant qu’ils font de l’autodérision, (ce qui n’est pas sans ironie quand on sait combien les mêmes individus peuvent être prétentieux et hautains dans d’autres circonstances, mais bon, là au moins ils essayent de rendre service). Y a des années, on leur a demandé s’ils accepteraient de faire les cons pour amuser la galerie, et ils ont dit oui.

Est-ce que ça peut satisfaire tout le monde ? Bien sûr que non, mais de là à parler d’extrême vulgarité, c’est un peu exagéré.

Depuis la création par Coluche en 1985, malgré les costumes neufs en lycra, spandex et élasthanne, les stars ont vieilli, le truc a perdu de sa fraîcheur, devenu une mécanique doucement ringarde et le concept lui-même des « Restos du cœur » semble avoir un peu de plomb dans l’aile. Peut-être que cette querelle, si excessive qu’elle soit, signifie juste qu’il est temps pour ceux qui s’en occupent de passer le relais, afin que quelque chose d’autre naisse, peut-être plus en adéquation avec l’époque de ces juniors (16 à 20 ans ) auxquels s’adressent dans cette invective morale des adultes raisonnables, chanteurs seniors (de 21ans… et plus.)

® CharlElie – Mars 20XV