Menu

Confesse Book

64 – Après le fun entre les ch’

Après le fun entre les ch’terrils du ch’Nord, dans la ch’salle du ch’Metaphone, et puis le Sémaphore Chanson, CÉBAZAT (63) près de Clermont Ferrand, on reprend la route. Traverser le Massif Central. Lumière grise. La pluie. West Rock, COGNAC (16). Les concerts s’enchaînent, maillon après maillon.

Samedi retour. A la gare d’Angoulême, Bobby (Jocky), mon bassiste, part à Bordeaux. Sur le quai, je croise Bruno Solo. On est dans le même wagon. Un voyageur a l’amabilité de me céder sa place. Du coup, Bruno et moi voyageons ensemble comme des copains qui en profitent pour mieux se connaître. On s’est croisé parfois lors de premières quand j’habitais en France à plein temps et qu’on m’invitait aux soirées mondaines, mais il a plus souvent fréquenté mon frère Tom qui faisait partie des personnages récurrents de Caméra Café.

Il a vu des infos sur “ImMortel” sans lavoir entendu, on parle aussi du film qu’il tourne actuellement et dans lequel il incarne un maçon comme le fut son père.

Bruno a quelques années de moins que moi, mais nos humeurs se croisent sur certains sujets. Avant et pendant le conservatoire, il jouait de la batterie ;  il a d’ailleurs hésité un temps entre musique et théâtre, c’est alors que ça s’est mis à marcher dans l’acting. De mon côté j’étais entré au Beaux-Arts parce que je voulais être metteur en scène. Le cinéma m’aurait permis de réunir à la fois lEcriture, le Son et l’Image. je ne désespère pas de le faire, mais plutôt à travers mes spectacles. il faut que je trouve la manière pour mêler les ingrédients…

Né dans une famille où on devait faire ses preuves, il a choisi sa vie. Il a ce côté intéressé / intéressant de ceux qui se sont construits sur du réel.

J’aime bien échanger des idées avec les gens que je rencontre, comme on échangeait les cartes à la sortie des classes ( Footballeurs, uglies, fantasy ou autres Pokemon, à chacun son topic. Le mien serait plutôt les “têtes de l’Art”).

Ça y est, déjà arrivé.

Paris Montparnasse est bloqué. Les flics en grève du zèle. N’importe quoi. Décidément on aura tout vu.

Dimanche. J’essaie d’aller au Grand Palais visiter Paris Photo, mais y a une queue de dragon 4 heures d’attente et des mecs totalement antipathiques à l’entrée, bon, alors j’essaie OkusaÏ, pas mieux, trois heures, enfin je tente Nikki de Saint Phalle deux heures et demi, et ça ne bouge pas, ils font rentrer les gens par paquet de 4 toutes les dix minutes, c’est injouable.

Dimanche de merde. Il pleut, j’ai froid. Tant pis, puisque je ne peux pas voir DES toiles, je vais m’en faire Une seule, une qui bouge. Pop corns en main, je me réchauffe les sangs en V.O.devant “Gone Girl”

 

® CharlElie – Novembre 2014