Menu

Confesse Book

62 – Le Trianon Oui !

On vous l’avait promis. On vous avait prévenu : réservez votre soirée du 10 octobre !
Eh bien, oui, hier soir au Trianon, j’ai eu la chance de pouvoir assister de l’intérieur, (je veux dire depuis la scène) à un concert qui restera pour longtemps inscrit dans ma mémoire de mortel ! L’énergie était là.
Le show rodé on the road, la setlist fluide. On était super au point déjà depuis quelques concerts/ Au Vésinet, à Arles, à Monaco, à Lyon la veille, on s’était déjà régalé. Mais ce soir là avait ce petit quelque chose en plus, je veux parler de la présence de mes trois invités qu a fait du Trianon, une soirée exceptionnelle.
Je sais, ce qu’on dit et parfois les mots sont un peu gâchés à force d’être utilisés sans raison valable, pourtant croyez-moi, vendredi soir c’était pour nous tous un concert fabuleux,deux heures magiques.
J’en ai fait quelques centaines, mais je peux vous assurer que celui-ci fera à jamais partie dans ma mémoire du top ten,
si ce n’est top five,
et peut-être même TOP 3.

Quel homme peut rêver un autre pur bonheur que de partager avec les siens
une telle émotion synchrone,
aussi intense que sincère ?
Mortelle, Immortelle !

Le show avait démarré sur les chapeaux de roues, impeccable, et puis après « Under control » j’ai eu le plaisir d’accueillir à mon côté Yamée, ma fille cadette. Discrètement, elle s’est assise sur un grand tabouret devant mon piano pour interpréter avec moi « Rachel ». Il y a quelques années, une seule fois, nous avions partagé ensemble la scène pour le public du Lycée Français de New York; cette fois-là, je l’avais accompagnée au piano alors qu’elle interprétait l’une de ses propres chansons. Mais ça c’était… il y a au moins six ans. Depuis nous n’avions pas répété la chose, l’occasion ne s’était pas présentée. Toujours est-il que j’ai été transporté de joie de pouvoir échanger ma voix avec la sienne sur cette chanson intense, qui a permis au public de découvrir le talent qui l’anime, qu’elle destine pourtant plus particulièrement au jeu cinématographique.
Il y eut ensuite Tom Novembre, mon frère en smoking et nœud pap’ qui vint chanter une chanson extraite de son nouveau spectacle “Le récital”, qu’il donnera au théâtre de Trévise à partir de Février. Impeccable, prestation à son image, à la fois drôle et décalée.

Enfin, tel un équilibriste sur le fil de la nuit, Benjamin Biolay au sortir du tournage d’un film de Joann Sfar, m’a rejoint sur « Aime-moi encore au moins ». Nous n’avions jamais chanté cette chanson-là tous les deux; même pas répétée d’ailleurs. Mais pourquoi répéter quand on a son professionnalisme ? Il connaissait la chanson plus que par cœur et il a su en quelques notes créer cette ambiance intime et sexy dont il a le secret.
« Je ne sais pas comment te remercier pour ce que tu as fait sur le disque » lui ai-je glissé ensuite, à quoi il a répondu avec retenue et discrétion, que c’était « normal… ». Je ne sais pas ce que ce mot signifiait dans sa bouche, mais pour moi c’était bien un moment unique.

Comme si en cette période de fêtes, toutes les bonnes étoiles étaient alignées pour nous tracer la route à suivre. Ce souvenir restera aussi gravé dans la carte mémoire de la caméra de Shaan, notre fille aînée qui avait fait le déplacement depuis San Diego. Que du bonheur !
En quelque sorte, c’était une réunion de « familles »; en plus des équipes rapprochées de la maison de disque Universal, Fontana Mercury,que je viens de côtoyer souvent au cours de ces semaines de promotion du disque, il y avait dans la salle des centaines d’amis plus ou moins connus (ou reconnus par moi depuis la scène), plus ou moins proches, plus ou moins mystérieux ou discrets, mais venus de tous les horizons avec la même envie.

Je remercie donc tous ceux qui m’ont permis de vivre ce moment à commencer bien sûr par celui sans qui tout cela ne se serait jamais mis en place, je veux parler de Pacôme Vexlard qui est à l’origine du grand chambardement opéré dans mon entourage depuis huit ans qu’on travaille ensemble.
Merci aussi aux équipes de l’ombre et du néon, les administratives et décisionnaires, (Annie, Avril, Hervé  …) , celles et ceux qui bossent en puissance dans l’air climatisé des bureaux, ou sur des coins de tables, au téléphone ou sur leurs tablettes et computeurs, pour rendre les choses possibles, s’occupant de résoudre les problèmes causés par les contraintes logistiques, techniques voire économiques, (si possible) avant que les angoisses ne surviennent…

Et puis enfin, je ne le répète jamais assez, merci aux équipes de super pros intermittents qui nous accompagnent sur la route, ceux qui nous autorisent un état de confort qui nous permet à nous musiciens, de faire au mieux ce que nous savons faire. Paco Fernandez régisseur, Philippe Guichard au son salle, Mitch Balanec au son retour, Serge Denis aux lumières, Jean Paul Reux Back line (et Lise aussi chauffeur et décors).
Quand je dis « nous », je parle de Bobby Jocky / bass, Denis Benarrosh / Drums, Emmanuel Trouvé / keyboards, et bien sur Karim Attoumane Lead Guitar depuis des années à mon côté.

Il reste encore deux dates de concerts, et avant la fin de la semaine je serai reparti à New York.
Mais je préfère à nouveau prévenir celles et ceux qui n’ont pu faire le déplacement hier, que même si un tel concours de circonstances ne peut évidemment pas se reproduire à chaque fois, néanmoins, nous avons tellement de plaisir à nous retrouver et à jouer le feu, que pour nous, tous les prétextes sont bons.
Alors gaffe à vous, ne vous endormez pas, il nous reste du tempo sous la semelle et du carburant dans les réservoirs, et dès mardi,, à nouveau, on se donnera à donf ! N’en doutez pas !
Le monde est trop triste autour de nous pour qu’on s’empêche de se remplir de l’énergie du bonheur,
Quand on a la chance de pouvoir boire à sa source…

Chaque soir a son histoire.
Et vivement le prochain épisode…
(en passant, je peux vous glisser que j’ai entendu parler hier soir d’une date possible à Olympia dans quelques temps, et pourquoi pas au printemps… ? )

Mais d’ici là, il aura coulé beaucoup de notes dans nos rivières de musique…

® CharlElie – 11 Octobre 20XIV