Menu

Confesse Book

468 – Il s’appelait PaloPala.

Mon oiseau, mon bel oiseau, mon beau grand gypaète s’est envolé la nuit dernière, mais cette fois il s’est envolé très, très haut. Si haut qu’on ne le rattrapera plus…
Mon oiseau, mon vautour né il y a un peu moins d’un an en Espagne, où l’on était allé le chercher, lui qu’on avait relâché juste avant l’été pour qu’il prenne son envol à Tussac/Trechenu-Creyer dans le massif du Vercors où j’avais pu l‘approcher…
Il avait un nom, il s’appelait PaloPala.
Mon oiseau, mon bel oiseau, mon gypaète barbu, qu’on avait observé quelques jours dans son aire, avant de le voir s’élancer dans le vide, en Juin 2020,
Ce jeune gypaète s’est fait cette fois vraiment la malle, pour de bon…
On suivait le dessin de son GPS ; il avait voayagé dans toute la chaîne des Alpes jusqu’en Autriche, au Liechtenstein pour élire domicile dans le Mercantour en Italie où il pouvait trouver de quoi se nourrir. Mais depuis une dizaine de jours, son GPS ne bougeait plus. Il se passait quelque chose d’anormal. On a commencé à s’inquiéter et finalement, on est allé le rechercher dans le Grand Paradis du val d’Aoste.
Bruno son garde, qui surveillait ses mouvements, m’a raconté la suite:
« On l’a trouvé assez facilement, il était vivant mais il ne bougeait plus. On a pensé qu’il était juste anémié. Alors on l’a rapporté dans le Vercors.
Il n’avait pas été tiré par un chasseur malveillant, mais il avait subi le fait des maillages électriques. Plus que les collisions, ce sont les lignes à moyenne tension qui sont la cause première du décès des grands rapaces. Les lignes à haute tension sont moins assassines, parce que les fils sont plus écartés les uns des autres. Tandis qu’ils redécollent des lignes à basse et moyenne tension, il se peut que les ailes touchent deux fils en même temps et là… Tchiiii. La “faute à pas de chance”… En général, le cœur en prend un coup ou bien le système nerveux ou musculaire grillé. S’il ne meurt pas sur le coup l’oiseau s’affaiblit, et décède dans les cinq jours qui suivent… PaloPala était faible mais il avait commencé à se réhydrater et on y a cru, il n’en avait pas fini avec son envie de vivre, et puis malheureusement son cœur a lâché la nuit dernière.
Florence va faire une autopsie, pour essayer de comprendre les raisons qui ont fait que l’oiseau soit revenu dans ce val d’Aoste beaucoup plus dangereux car très habité/fréquenté par les hommes…
Heureusement Kobalane, sa sœur, arrivée d’Espagne en même temps que lui (parrainée elle par Vincent Munier), semble se bien porter,
Et j’espère qu’elle continuera elle encore longtemps ses longs vols planés.
CharlElie COUTURE