Menu

Confesse Book

416 – 1983

Mon ami Yves Griette m’envoie ce souvenir, c’était en 1983. Un des derniers concerts sous le chapiteau qui allait être remplacé par ce qui est devenu le Zénith de Paris.
La tournée était sponsorisée par Europ’1 dont Philippe Gildas était le patron à l’époque, il m’avait beaucoup soutenu comme il l’a continué de le faire par la suite quand il est parti sur Canal Plus.
De ces concerts dont je garde un souvenir particulier, parce qu’il était “différent”. Pas seulement parce que Chris Blackwell avait fait le déplacement depuis Londres pour y assister, mais aussi parce qu’il s’agissait d’un co-récital avec le fantastique pianiste Sud-Africain Adolph Johannes Brand plus connu sous le pseudo de Dollar Brand et devenu ensuite Abdullah Ibrahim. Quel que soit son nom, un très grand pianiste !
J’étais heureux de pouvoir faire ce concert sous l’égide du Ministère de la Culture. À l’époque c’était un vrai ministère qui avait des moyens et les ambitions/idées inspirées par Jack Lang…!!! En l’occurrence ce soir là: Jazz et Rock au même niveau.
Dollar Brand alias Abdullah Ibrahim,est des pianistes de jazz parmi ceux que je préfère. Je ne l’ai plus entendu depuis des années mais je me souviens qu’il avait une technique pianistique assez particulière: très loin de la méthode classique des “doigts ronds”, sous ses phalanges le piano sonnait presque un instrument de percussion tellement il attaquait les touches avec force et autorité. Mais pour autant son univers harmonique vous entraînait ailleurs. Dans ses compositions chaleureuses, il mêlait les mélodies ethniques avec la sophistication des arrangements de Duke Ellington.
Parmi les autres pianistes qui continuent au delà des modes de me faire voyager chaque fois que je les écoute, il y a aussi évidemment Thelonius Monk, Keith Jarrett, Mc Coy Tyner, Ahmad Jamal et Art Tatum,
Herbie Hancock,
Barry Harris, Brad Meldau,
ou le virtuose Uruguayen Gustavo Casenave
ou certaines compos de Christophe Chassol,
et certains merveilleux Chilly “sweaty” Gonzalez

Et…
Et…
Bref le piano.