Menu

Confesse Book

335 – Hart Lyndon Fortenbery est décédé hier à l’âge de 61 ans.

Hart était le caboteur qui conduisait le bateau sur lequel on a vogué pour le clip « Debout dans la boue ». Malgré ses cheveux gris hart était un personnage haut en couleurs. C’est lui qui avait fait fuir les mauvais esprits du Dockside studio en jouant d’un instrument improbable dans toutes les pièces avant qu’on ne commence à jouer nous mêmes; et de fait ça avait marché…Il avait été arrêté le 12 Mai 2019 pour violation d’un ordre de protection, sous entendu il avait été menaçant envers quelque chose ou quelqu’un je ne sais pas, et du coup il était craignos… C’est vrai qu’Hart était hanté par les puissances paranormales, celles que comprennent les étudiants mais celles qui s’adressent aux marginaux en jeans qui tiennent des bâtons de prière mais qui ne parlent plus aux rationnels en costard croisé.
Moi quand je l’ai connu Hart Fortenbery ne m’avait pas semblé réellement dangereux, tout juste clairement allumé. Avec ses yeux bleus qui donnaient l’impression d’avoir crevé les nuages pour se remplir d’une lumière venue d’ailleurs.
Je l’avais vu monter sur scène pendant le concert des Lost Bayou Ramblers et la salle l’avait applaudi, et puis il était redescendu aussi vite et noyé dans la foule, tel un sorcier qui s’est suffi de danser une sarabande en volte face.
Il avait quelque chose d’un illuminé incontrôlable mais quand on n’est pas obnubilé par les doctes lois traditionnelles du rationalisme sectaire, on aime savoir que ces êtres imprégnés d’énergies invisibles existent sur terre, des êtres en relation avec l’incompréhensible Grand Mystère.
Depuis l’annonce de son décès, s’allongent sur sa page Facebook les « Rest In Peace ». Mais quelle paix pouvait donc animer ce gnome sexagénaire? Une de ces âmes célestes qui même vivantes n’habitent pas vraiment sur terre.
Pour certains ils sont fous, pour d’autres au contraire ils sont fascinants parce qu’insaisissables, et pourquoi pas prophètes ou visionnaires? Je me souviens de discussions avec lui au studio où il passait de temps en temps boire un café. Enfin “discussion” c’est un grand mot, je me souviens surtout de l’avoir entendu tenir des propos improbables à propos de la rivière qui allait déborder si un bateau trop gros venait à remonter la Vermilion river, et ça ferait une vague comme un tsunami, etc. Et tout le monde s’amusait vu que cette rivière paisible n’était jamais sortie de son lit… Sacré Hart, il dit n’importe quoi. N’empêche que 6 mois après un le studio fut dévasté par la crue de cette rivière qui n’était jamais montée si haut…
Et c’était le mois de Novembre mais Hart avait plongé tout habillé dans l’étang couvert de lentilles d’eau.
Aujourd’hui Hart Fortenbery a plongé pour de bon !