Menu

Confesse Book

269 – Bad cops

Ben ah lala ! Quel chewing-gum sans sucre collé sous la semelle, quand le bitume des chaussées fond sous les rayons d’un soleil caniculaire, que n’a-t on rien d’autre à faire pour s’aérer l’esprit qu’à s’assécher le gosier pour une soi-disant « affaire », sous prétexte que celle-ci touche de près son altesse présidentielle. Sérieusement, cette histoire d’employé Elyséen zélé (et pour le moins agricheur) qui perd conscience de sa fonction / responsabilité et qui ne se sent plus pisser, pris par l’ivresse des sphères dirigeantes du haut de sa montagne de riens, cette querelle donc révèle surtout les intrigues et tensions conflictuelles qui se trament entre les différents services de l’État. Est-ce que pourtant cela n’aurait pas pu se régler en interne, sans se transformer en brasier enflammant la garrigue sèche ? Quelle perte d’énergie dépensées! Des centaines d’heures d’auditions, des mises à pied, à cheval, ou en voiture, des rapports de “grosses” commissions merdiques, des éditos flambeurs, des débats télévisés d’opposition entre opposants prenant la pose, et des discutailleries de corps de garde, tout ça pour se rejeter la responsabilité à propos de « qui a dit quoi à qui » et « comment on aurait pu interpréter les faits autrement», etc.
Moi aussi, j’ai bien sûr l’espoir qu’un jour les « bad cops » deviennent des « good cops». J’ai aussi l’espoir qu’il n’y ait plus de guerre, « peace and love » mon frère… Mais faut aussi être réaliste: quand les jeunes enfants en liberté si joyeux et badins soient-ils, se mettent à foutre le bordel dans les trains, si ceux-ci ne sont pas un tantinet remis en place par les adultes accompagnants, (à savoir par exemple leurs grands-parents), et si en guise de palliatif, un genre de « Super Nanny » ne met pas un frein aux tumultueux agissements des enfants-rois, ça peut vite devenir un chaos insupportable dans le wagon pour les autres passagers qui se tiennent à carreau, quiets et cois.
On parle d’éthique, on évoque une vision idéale de la République et on joue les vierges effarouchées en parlant d’exemplarité et d’espoir déçu, non mais qui donc y a cru… à part les « purs », les disciples et les initiateurs du mouvement « En Marche » sous influence de leur gourou ?
Pour autant cette controverse me semble disproportionnée. S’escrimer à batailler sabre au clair, s’écharper autour du prétexte futile qu’incarne ce nervi en rade, me semble complétement bidon. Miser sur ça pour déstabiliser le gouvernement, c’est comme vouloir faire sauter un rocher de granit avec un pétard du 14 Juillet. Il y a des dossiers, autrement plus importants à poser sur la table : mettre le Gouvernement en face de ses responsabilités quant aux questions de l’énergie nucléaire / électrique alors même que le pays étouffe, chauffé à blanc par une canicule digne de 2003, dénoncer des problèmes causés par les compressions de budget dans les hôpitaux, (et que dire de l’insalubrité des hôpitaux psychiatriques…), parler de la pollution chimique des sols, ou de cette putain de limitation de vitesse imbécile, ça oui !! Mais, mettre en branle le pays dans le but de fustiger un sbire allumé – considéré aussi comme débrouillard et dévoué – mais qui, sous prétexte qu’il a rendu des services au patron, s’est cru au-dessus des lois, intouchable, invulnérable, même pour tenter de déstabiliser ledit Macron, tout cela ressemble à une casuistique aux arguments aussi légers que du polystyrène expansé.
Bien sûr c’est assez logique que des flics « réguliers » fonctionnaires routiniers s’énervent qu’un électron se considérant comme libre, se montre présent pour un oui pour un non, même là où il ne devrait pas l’être. Comme ce 1er Mai, où sur une vidéo largement diffusée, quelqu’un a étrangement su identifier cet homme-là parmi des milliers d’autres, fonçant au cœur de l’action, lui ce « civil » casqué, qui tente « une balayette » (ratée d’ailleurs) sur une pauvre dame, et qui met ensuite un autre gars à genou, avant de disparaître des écrans en replongeant dans le feu de l’action au milieu des Black Blocs qui ne sont pas non plus des enfants de cœur. Et puis voilà que le 16 Juillet, on découvre à nouveau ce même zig dans le bus des Bleus vainqueurs, et on apprend qu’apparemment ce serait à cause de ce con que le bus a roulé si vite sur les Champs, privant ainsi les fans du plaisir de saluer à souhait leurs idoles… C’est nul, oui, vraiment peu glorieux, ce type a sûrement un peu perdu la tête, mais est ce que ça justifie de condamner tous ceux étaient supposés connaître et utiliser à tire larigot l’article 40 du CDP (code de pro-c’est dur pénal) ? Je ne sais pas, je ne suis pas juriste, mais je ne sais pas non plus dans quel monde Bizounours vivent ceux qui s’offusquent et qui s’imaginent peut-être qu’un gouvernement peut tenir seulement sur la notion de Droit. Si seulement !! Alors parlons des « Brigades Spéciales », et des Unités des Forces d’Intervention, des Polices Secrètes comme les infâmes de la SAVAK iranienne, de la STASI Est Allemande, de la DINA au Chili, du NKVD Russe ou des assassins de la police Sud Africaine des Special Task Forces ou des BOPE Brésiliens et « Commandos de la Mort », l’OAS de l’affaire Ben Barka, reparlons de de Patrice Lumumba, d’Olof Palme, de Robert Boulin, de Jean-Pascal Couraud ou de la longue liste des journalistes Russes assassinés…
Ce barbouze à lui tout seul, n’est quand même pas à la même échelle dans le crime, et s’il se prend pour l’accoudoir du trône du prince, il suffit de replier le siège et c’est réglé. Quand on est « Ministère de l’intérieur », et qu’on a affaire à un emmerdeur, l’histoire nous a prouvé qu’il existait sûrement d’autres moyens de maîtriser un grain de Robusta sans avoir à sortir l’arsenal du moulin à café des médias…
Jalousies et règlements de compte à OK corral, ça s’est mis à chauffer dans les couloirs ces jours derniers. Les esprits se sont enflammés alors Zorro est arrivé, « l’Employeur » a tout pris sur lui,
Et en un instant on n’avait plus rien à se mettre sous la dent pour polémiquer (Paul et Mickey) aux terrasses. Une intervention du roi Soleil et la glace a fondu.
Tu me diras en ces périodes estivales de canicule, c’est aussi un peu normal…

CharlElie.
Juillet 2018