Menu

Confesse Book

34 – Majorité Opprimée

“Majorité Opprimée”, court-métrage de 10mns réalisé en 2010 par Eléonore Pourriat. Petit film à longue portée, un peu comme une chanson. Tout a fait d’actualité…

Bien sûr on ne va pas résumer les rapports complexes masculin / féminin à quelques clichés et lieux-communs dont on nous abreuve en ce moment à grand renfort d’arguments débiles sur le principe ou la théorie du “genre”.

La société évolue. Elle a toujours évolué. Les inventions technologiques bouleversent nos existences. Je ne vis pas dans le même monde que celui qu’ont connu mes parents, de même que mes enfants ont un rapport aux choses différent de celui qu’on m’avait enseigné.

L’éducation ce n’est pas seulement copié/collé, c’est comprendre une situation et savoir réagir face à l’adversité. Il faut slalomer. L’existence ne se laisse pas avaler tout schuss. La théorie du déterminisme historique c’est bien dans les livres, mais la réalité et toute autre. La vie c’est comme une rivière qui trouve son chemin entre les pierres.

Les espèces animales qui n’ont pas eu la capacité de pouvoir s’adapter à la modification de leur biotope ont simplement disparu.

Or c’est vrai que notre environnement change très vite, l’accélération est de plus en plus grande qu’on est plus nombreux à la causer. Des centaines d’espèces animales sont menacées, et l’homme lui-même a du mal à comprendre ce qui lui arrive.

Certains se replient dans un conservatisme rigide, soutenus par les “vérités radicales orthodoxes”, d’autres se précipitent vers l’abîme, jouant avec le feu quitte à accélérer le processus, dans une sorte d’attirance suicidaire pour un chaos dont ils espèrent tirer profit.

Si à l’échelle individuel les êtres existent de moins en moins, l’homme occidental moderne dans son entité, est terriblement puissant. Le moindre avis ou événement relayé à la vitesse d’Internet prend des proportions démentes, et la moindre décision peut avoir des retentissements planétaires. Sans pârler des guerres, quand l’Homme se trompe dans ses choix, les conséquences sont dramatiques ( la déforestation est proportionnelle à la désertification, le nucléaire entraîne irrémédiablement des fuites atomiques aux effets incontrôlables, l’option des semences OGMs mène à la stérilisation des plantes, la pollution de l’air fabrique toutes sortes d’allergies,  la pêche intensive et en eaux profondes vident les océans, l’usage du tabac, des pesticides, conservateurs et colorants conduisent à l’augmentation exponentielle des cancers du tube digestif, ganglions etc…) Tels les super héros qui le fascinent, les hommes modernes sont cruellement efficaces. Pourtant s’il veut fonder une famille avec son double féminin, celui qui se veut un killer au boulot doit accepter certains compromis dans sa vie privée. Désormais, au sein d’un couple, les responsabilités sont partagées. Heureusement les femmes occidentales ont reçu la même formation, les mêmes informations, les mêmes leçons dans les mêmes écoles. Désormais l’homme occidental n’a plus le plenipotentat, car elles connaissent leurs droits et peuvent échanger leurs arguments.

Toutes les sociétés et religions ne sont pas d’accord avec ça, mais c’est pourtant une avancée qui ne peut-être que profitable à l’Humanité.

Dans ce petit film pastiche, on voit un type qui exécute un certain nombre de tâches habituellement réservées aux femmes. Dans un premier temps, on compatit à la peine de ce mec qui se fait humilier. Néanmoins, à y regarder de plus près, ce n’est pas tant l’Homme dans sa virilité “historique” qui est à plaindre, mais plutôt l’indignité de ces brimades et offenses qu’il doit subir. Pourtant ne sont-ce pas identiques à celles que bcp de femmes doivent injustement supporter au quotidien ?

A réfléchir.

 

 

CharlElie – NY – Fev 20XIV