Menu

Confesse Book

246 – Emel Ensenity

Sort aujourd’hui le disque de la talentueuse Emel Mathlouti, qui sera ensuite en tournée “mondiale” en Europe au printemps. Je suis heureux de voir qu’Emel continue sa route depuis qu’on s’est croisés il y a des années, dans un atelier d’écriture que je faisais à Tunis en 2005. À l’époque elle chantait des chansons de Dylan et Joan Baez à la terrasse des cafés. Elle se voulait “engagée” et elle avait une voix à tomber. Du coup, à l’instinct, je l’avais invitée à monter avec moi / nous sur scène lors de mon concert au Grand Théâtre de Tunis. C’était bien la première fois qu’elle y montait. Elle avait été ma seule invitée et ce n’est pas mentir de dire que la salle avait aussitôt ressenti le potentiel de cette jeune femme libre à la personnalité affirmée et au talent naissant. Après avoir été finaliste d’un concours RMC moyen Orient, Emel était venue ensuite s’installer quelques temps en France, où elle avait pu affiner son style, et l’une de ses chansons est même devenue “iconic” de la révolution tunisienne en 2013? Après avoir trouvé son âme sœur elle s’est alors installée à New York où elle habite désormais.
Je ne l’ai revue qu’une fois lors d’un concert qu’elle donnait à l’Alliance Française. À l’époque Karim Attoumane faisait partie des musiciens qui l’accompagnaient. Avait-elle oublié qu’on se connaissait? C’est à peine si elle m’a salué, mais bonbon, c’est comme ça, quand on a l’esprit tourné vers les sommets, on se doit de traverser le brouillard des souvenirs. Nonobstant ce détail relativement courant, j’ai été content de constater qu’elle avait bien fait son chemin sur les scènes parallèles qu’on dit des “musiques du monde”, et elle a même chanté de sa voix d’ange en 2015 pour les dignes membres du Prix Nobel…
Alors quelle n’est pas ma surprise ce matin de recevoir, parmi tous les courriels qui inondent mon écran, cette image, fort belle au demeurant pour accompagner l’information de la sortie d’un nouvel Album de remixes!
Les chanteurs / chanteuses sont parfois des gens étonnants, en effet: le disque s’intitule “Ensenity” C’est bizarre comme titre! … “Insanity, je connais ce mot qui signifie “la folie”. Mais “Ensenity” ne veut rien dire. C’est un néologisme assez oiseux. Si je ne m’abuse docteur, la « senity” en anglais c’est la “sénilité”… N’est ce pas? Alors déjà intituler un squeud “ensénilité” c’est déjà strange, mais en plus se désaper pour la sénilité, alors, pour quelqu’un comme moi qui continue d’accorder un sens aux mots, à moins que j’ai raté une étape, t’avoueras quand même que c’est n’importe quoi !
Bon mais si ça se trouve c’est super. La fille chante merveilleusement, c’est vraiment une des meilleures “chanteuses” que j’ai entendues, pour le reste, l’histoire retiendra que c’est une autre histoire.
Et si ça ressemble à ça, après tout vive l’Ensenity”