Menu

Confesse Book

239 – 80

Quatre-vingt, alors.
On peut me dire que c’est un peu paradoxal de publier un blog comme celui que j’ai mis en ligne sur la vitesse d’un TGV vantant ses 300 à l’heure quand, le même jour, des hypocrites mal informés, (je mâche mes mots comme on ronge son frein pour respecter l’allure, ou comme on mâchouille un vieux chewing-gum sans sucre), les députés donc, obéissant au désidérata de « je-ne-sais-qui », viennent de voter une loi qui impose de baisser de 10 kms, la vitesse à laquelle un conducteur sera désormais autorisé à circuler sur les routes secondaires à double sens, suggérant que cette diminution de la vitesse entraînera un surcroit de sécurité.
Bien sûr que toute forme d’accident imprévisible est terrible pour celui qui le subit, comme pour les proches. Les conséquences d’une imprudence même fugace, peuvent se payer très cher (et beaucoup plus qu’une simple amende), mais la relation qui existe entre la vitesse de 90 kilomètres heures et le nombre d’accidents mortels sur les routes est un mensonge. La cause première des accidents de véhicules est l’alcool ! Va-t on pour autant décider de fermer les débits de boissons, les restaurants, bars et discothèques, ainsi que tous les cavistes, détruire les chais, arracher les vignes, casser les alambics et mettre au bûcher les distributeurs d’alcool ? La vitesse oui, mais pas seulement, la vitesse excessive n’est qu’une des causes des accidents, loin d’être la première ! Les Smartphones sont grandement responsables de l’hécatombe, va-t on passer au pilon les téléphones portables et couper la main de ceux qui s’en servent! Puis les médicaments et barbituriques, faut il accuser l’industrie pharmaceutique ? Et puis les pannes mécaniques, et puis l’imprudence ou la distraction (dispute dans la voiture, ou geste inopiné, un truc qui tombe, une guêpe les enfants…), et puis la fatigue, puis l’infrastructure des routes…
Se faisant l’écho des chargés de com. du gouvernement, comme s’il s’agissait d’une réelle information, tel un chœur de moines dans l’église du Pouvoir, les médias entonnent le cantique de la prudence bien pensante. Mais ça n’a rien d’objectif, il s’agit d’une décision stratégique, purement politique. Le nombre d’accidents sur les routes n’a pas augmenté récemment dans des proportions telles, qu’il était normal de prendre une mesure aussi coercitive en urgence. Si l’on veut vraiment sauver des vies, on ferait mieux de concentrer les recherches sur le cancer, sur les maladies cardio-vasculaires ou sur les suicides, car les accidents sur la voie publique (et a fortiori dus à la vitesse) sont loin d’être les premières raisons de s’inquiéter pour l’avenir démographique du pays.
Alors s’il n’y a pas de raison à cette réduction de vitesse pourquoi, bien que conscient de son impopularité, le Pouvoir en place décide-t il de ces 80kms/h absurdes?
S’agit-il d’un défi pour tester la capacité de résistance des ânes, mulets et baudets que nous sommes, portant sur leur échine le bât des charges sociales, la charge des impôts et autres fiscalisations directes / indirectes ? Oh pauvres « pêcheurs-chauffards » pressés que nous sommes, nous n’avons pas la chance d’être transportés par des chauffeurs autorisés (eux), à dépasser une vitesse d’octogénaire. Rappelons que les cars Macron ne desservent pas non plus toutes les campagnes à toute heure !
Alors pourquoi faire planer au-dessus de nos têtes, ce voile de menace supplémentaire, ce fantôme de la surveillance radar ?
Est-ce pour nous effrayer ou pour nous apprendre la maîtrise et le contrôle de soi ?
Sans être parano à outrance, je crois plutôt que cette décision apparemment bénigne n’est qu’un préambule à d’autres mesures plus graves et encore plus dangereuses pour les libertés comme ce que sera par exemple l’implantation obligatoire sous-cutanée de puces électroniques qui nous relieront à un ordinateur central, surveillant chacun de nos moindres gestes…
Pourtant avant d’admettre que les histoires de science-fiction des années 80, ne se réalisent réellement bientôt au mot- à mot, cette décision inepte n’est qu’un moyen détourné pour permettre à l’Etat de collecter le l’argent supplémentaire, par le biais d’une taxe routière camouflée, comme si le fait de devoir payer les autoroutes ne suffisait pas ?
Je ne demandais qu’à y croire, j’étais même près à excuser les ahanements du début de mandat, les innommables complaisances et poignées de main envers « mèche blonde», les retours en arrière écologiques, les vaccins et la fausse relecture de l’ISF privilégiant les capitaux boursiers, et les sourires insincères, et les crises d’adolescences et les caprices du prince en public, mais à l’arrivée, (avant même d’être parti), on fait du surplace, en prenant de fausses mesures et en brassant juste assez d’air pour faire croire qu’on agit.
Audiard disait : qu’un intello qui reste sur place,
Va moins loin qu’un con « en marche »…
De ça aujourd’hui, je ne suis pas vraiment certain,
A moins qu’il ne roule au pas,
Obéissant aux lois,
Au pas de l’oie,
Au doigt,
Et à l’œil.
Mon œil, oui, tu peux te gratter.
Et les P.V, on va pas s’en priver, et les retraits de permis, ça va y aller.
Deux mille dix-huit n’est pas parti pour être gratuit.
Gratte-huit, oui.
On parle d’une envie de dopamine, d’un nouvel élan de la jeunesse active pour réveiller un pays endormi, bon si c’est comme ça, alors ” bonne route”
à toute allure,
à 80 à l’heure !

Jan 2018