Menu

Confesse Book

228 – Etre choisi

Qu’on soit mannequin, architecte, infirmière ou actrice, qu’on soit chargé de com ou janissaire, C.E.O ou prélat, qu’on soit belle ou grande, bronzé ou pied plat, catholique ou esquimau, toute sa vie, on rêve d’être choisi.

Être aimé, pourquoi pas en prime, mais l’amour c’est du bonus, dans tous les cas en vrai au début tout du moins, ce qui compte c’est juste d’être pris en compte, être repéré, sorti du nombre, extrait de la fange, comme un golem sorti de la terre, pour pouvoir exister et donner une forme à ses envies.

Être choisi pour donner une raison à sa vie. Cette vie qu’on n’a pas voulue. Cette vie qui est venue en nous dés la rencontre (fortuite) entre un certain spermatozoïde, lui-même apparemment choisi au pif parmi quelques millions d’autres, et/par un certain ovule qui n’avait rien d‘autre à faire ce jour-là…

Cette vie qui anime nos cellules, jusqu’à nous rendre fou d’énergie, celle qui déborde comme de la mousse de polystyrène, comme de la peinture en spray dans une bombe de gaz compressé ou comme la vapeur d’une cocotte minute. Cette énergie qu’on se doit de dépenser coûte que coûte avant qu’elle ne vous fasse exploser. Cette énergie que le sport (sous toutes ses formes) et le travail (sous toutes ses formes) peut éventuellement permettre de canaliser. Mais pour ce faire, encore faut-il qu’on ait été choisi.

« Selected » Yes !

Choisi oui par quelqu’un qui a reçu/lu votre C.V, un chasseur de tête-rabatteur, qui a retenu votre nom, qu’il a ajouté sur la liste de ceux qu’il veut rencontrer, vous dont il transmettra les infos au un recrutement-manager, lui qui devra en référer au responsable du personnel, qui doit lui-même rendre des comptes au head DRH, qui donnera enfin son aval. Et tout ça juste pour vous donner du boulot! C’est pas comme un cadeau pour vous faire plaisir, non, il s’agit bien d’un travail à un poste vacant que cette entreprise a urgemment besoin de voir occupé!

Être choisi.

Choisi par un agent, par une directrice de casting, par un réalisateur, par un producteur. Ça en fait des filtres!

Être choisi pour jouer un rôle.

Puis être à nouveau choisi ensuite parmi les acteurs du générique, choisi pour faire la promo, choisi pour amuser / distraire / intéresser la presse et ceux qui font qu’on en parle, choisi par les médias généralistes, par les « niches » ou les social médias, pour, enfin, être ou non, choisi par le public !

Tout ça pour ça, eh oui !

C’est un long chemin que celui qu’il faut parcourir pour se réaliser !

Ça commence quand deux grands doivent constituer des équipes pour un jeu dans la cour du lycée. Il y a les préférés désignés en premier parce qu’ils semblent être un atout pour l’équipe, et ceux qui devront attendre inquiets qu’on le/la choisisse… par charité.

Il y avait aussi l’attente inquiète sur la chaise en plastique moulée dans la pénombre des « boums » quand on matait les danseurs, dans l’espoir qu’un(e) partenaire vous prenne par la main pour vous entraîner vers le centre de la piste.

Être choisi par elle, (ou lui) –ou sa famille- quand il (elle) vous propose le mariage…

Être choisi.

J’étais hier soir à la remise officielle de médaille faite à mon ami Yves Bigot, enfin « choisi » pour recevoir la légion d’honneur, lui qui n’a jamais cessé d’agir avec droiture et conviction dans le domaine des médias audio-visuels, et qui entama son discours en disant : « Je suis heureux de constater aujourd’hui que la France me remercie pour ce que j’ai fait pour elle, mais qu’elle sache aussi que si elle l’avait voulu, j’aurais pu en faire beaucoup plus… » Du fond de mes entrailles, j’ai pris cette phrase à mon compte.

Chaque époque a ses contraintes. On doit sans cesse apprendre à les détourner pour se rendre séduisant, attractif, attrayant ou « choisissable ». Mais l’expansion démographique rend les choix de plus en plus Cornéliens, comme dirait Napoléon, ça se corse. Quand je vois les angoisses et difficultés que rencontrent mes enfants elles qui sont douées et talentueuses, ou leurs ami(e)s et tous les jeunes diplômés qui veulent “faire” avant que la rouille n’entame leur enthousiasme, quand je vois les épreuves par lesquelles ils doivent passer pour rentrer dans le processus actif afin d’ensuite envisager de fonder une famille, je me dis que j’ai eu une sacrée chance…

En parlant de sacré,

Dieu que c’est dur d’être choisi !

 

Oct. 2017

PS :

Euh, en relisant cette dernière phrase et je me dis que c’est peut-être encore plus dur, de porter en soi le sentiment d’avoir été choisi par DIEU…

Soit élu par LUI (…)

Soit désigné pour commettre des crimes effroyables en son nom,

Et faire souffrir des victimes innocentes, qui auraient bien aimé, elles, ne jamais avoir été choisies par le hasard qui inspira le tueur.