Menu

Confesse Book

146 – Donald Trompe

Donald Trompe

Jamais de la vie ! Jamais de la mort ! Jamais il ne sera élu. Quels que soient les sondages et les arguments de ceux qui commentent avec une certaine perversité maligne, les idioties de cet imbécile, pas plus que Mickey ou Picsou, Donald ne sera élu. C’est juste impossible.
Tout fauve qu’il soit, tout instinctif qu’il soit, ce type est un con. Un grand con opportuniste, méchant comme une teigne, fourbe et aussi borné qu’un dictateur.
Ceux qui disent qu’il est intelligent n’aiment pas l’Amérique !
Ceux qui font semblant d’analyser ses allégations provocatrices naïves, n’aiment pas l’Amérique !
Non, non et non, Trump ne sera élu !

Oh Djizeus, pas lui ! Dans ses yeux vides, on peut lire qu’il ne comprend rien de ce qui se passe. Il vit au jour le jour et n’en revient toujours pas d’être arrivé là. Il s’est jeté dans cette campagne électorale pour sa propre gloire, comme un riche amateur balançant fanfaron des lieux-communs tea-party le menton haut, lors de fêtes autofinancées pour redorer son blason. Ce n’est pas un homme politique, il le dit lui-même, il ne connaît rien à la politique, et c’est malheureusement ce qu’apprécient ceux qui le soutiennent… Alors il ne connaît rien non plus à la diplomatie.
Aussi vulgaire et trivial qu’un leader de province, ce pseudo prédicateur démagogue brasse une pensée d’ivrogne. Imaginez qu’un type bourré dise à la fin d’un diner arrosé, ce que de Trump éructe au micro depuis des semaines, et tout le monde enverra le soulard cuver sa bêtise en cellule de dégrisement
Et pour être certain que les niais qui l’écoutent puissent le comprendre, non content de l’avoir dit une fois, il répète deux fois, deux fois toutes ses phrases, deux fois toutes ses phrases… (it’s a disaaaaster, it’s a disaaaaster assène-t il 25 fois, quand il n’a pas d’argument). Mais c’est celui qui dit, qui l’est. Laid.
Jamais, jamais il ne sera élu.

Ses provocations mises à part, ce mec n’a aucune étoffe. Il se tresse des couronnes et vante sans vergogne SA « réussite », mais il est bien le seul. Cet homme d’affaires véreux a dupé les petits, et les investisseurs qui lui ont fait confiance l’ont regretté bien vite. C’est un procédurier qui camoufle ses échecs sous les tonnes de dossiers qui couvrent ses « affaires »! Trompe la vie, trompe la mort, mais c’est tout sauf un éléphant. Lui, il a la mémoire courte, et il trompe son monde sans complexe, comme un tyran menteur. Une blonde « analpha-bête » à son côté, (on sait maintenant qu’il l’a eue « en la prenant par la chatte » puisque c’est la méthode de séduction qu’il affecte), la peau maquillée suntan et la mèche peroxydée, le ventre lourd, la moue méprisante et le sourire faux, il a le style caricaturé des icônes en plastique moulées à son effigie. Mais ce type est un mauvais exemple de l’Amérique.
Après les deux mandats de l’élégant Obama qui ont redonné du lustre et de la dignité à la politique américaine, (n’en déplaise aux mauvaises langues et autres serpents bifides qui le dénigrent et qui ont oublié bien vite à qui il avait succédé) cet épouvantail grotesque incarne l’amertume passéiste de racistes réacs et autres aliborons xénophobes qui vivent dans un monde où les conflits liés à des haines ancestrales ne peuvent se résoudre que par la force, un monde dans lequel « Liberté de Consommation », « Production», « Croissance en Expansion » riment aussi avec “pollution”, “exploitation” et “frustration”.

Pourtant même s’il personnifie les humeurs primitives de ces êtres désemparés pleins de conventions empesées et l’âme en surcharge pondérale, même si paradoxalement cet urbain mal élevé formule à l’envi la soif de revanche de suprématistes hillbillies et de paysans “inculturés” sur des terres devenues incultes, jamais Trump ne sera élu !
Ni l’Amérique, ni le monde ne méritent ça.

Les USA sont divisés en deux : Démocrates / Républicains.
OK, Hillary Clinton n’est pas la candidate Démocrate idéale. Elle a comme tous les politiciens depuis longtemps en place, plus d’un cadavre dans le placard, ses dents rayent le parquet et elle s’est jurée de devenir la première femme « présidente des USA », voulant prouver par tous les moyens et toutes les alliances qu’elle était plus forte que « ça » (en parlant de celui qui porte son alliance et qu’on a tous vu ” ne pas mentir ” effrontément face à la caméra…).
OK, elle n’a pas le même charisme que Bernie Sanders, qui était le meilleur candidat pour une Amérique de demain et qu’elle a injustement étouffé,
OK, elle croyait peut-être qu’il s’agirait d’une campagne facile… Mais bon, elle est ce qu’elle est, et on en est là. Les joutes avec Sanders l’ont peut être fait évoluer…?Mais quoi qu’on lui reproche, la sénateur Hilary Clinton est une travailleuse acharnée, une femme politique aguerrie, rouée à tous les mécanismes du Pouvoir.

Côté Républicains, les candidats se sont tellement tabassés entre eux façon UFC dans la cage des primaires, qu’ils en sont ressortis tuméfiés. Trump fut le grand artisan de cette bataille fratricide. Et pour cause, même s’il a l’étiquette Républicain, il se présente tous les soirs de campagne, comme s’il était SEUL face aux noirs, SEUL face aux Mexicains, SEUL face aux Musulmans, avec pour seul programme la baisse des impôts -on ne sait pas comment-, et un rapprochement problématique vers Vladimir Poutine, tu parles.
Seul, il l’est oui.
Haï par les Démocrates, Trump est aussi détesté chez les Républicains qui ne peuvent se résoudre à soutenir ce “dumb-ass” franc-tireur, ce bozzo qui manque de principes et d’esprit de corps, qui n’en fait qu’à sa tête, changeant d’avis comme de chemise, qui n’écoute même pas les avis de son entourage désorienté ne sachant plus quoi trouver pour justifier les caprices de ce mégalo colérique imprévisible. Et c’est à cet homme qu’on donnerait tu l’ accès au code nucléaire??? No way.

Comme ils se plaisent à envisager le pire, les médias profitent insidieusement de son ridicule pour vendre de l’audimat, pourtant, même s’il avait tout son camp derrière lui, quoiqu’on essaie de faire croire,
Jamais Donald Trump ne sera élu !

… et qui plus est, il y a fort à parier que sa fusée explosera en vol après son échec aux élections présidentielles du 8 novembre.

CharlElie.
NYC
20XVI