Menu

Poésie

03 – 58 ans

Dans le bouge, la cheminée fume,

Je bouge, ça s’allume,

Boogie woogie,

Souffler la bougie.

 

Les genoux dans le tartan,

Dans les starting blocks à 58 ans.

Comme une suite, in /out

Nouveau groupe, sur la route.

 

58 ans d’allers et retours,

Transatlantiques parfois glamour,

Tôt ou tard, y a pas d’heure,

Across the border.

 

Montées et descentes,

Sans tenir la rampe,

Je m’entraîne dans les escaliers,

Les vernis sèchent à l’atelier.

 

Exaltations et coups de déprime,

Danse à l’envers sur la corde raide,

Jeux de concepts en interim,

Regarder au loin, I’m not dead.

 

58 ans de montagnes Russes,

(Comme à Sotchi), gros cumulus,

Grandes montées et chutes libres

Oui mais libre !

 

Faire le con sur le matelas,

Et se lever le lendemain,

Des triglycérides dans les coagula,

Et se dire : j’ai déconné, p’tain.

 

Les vagues secouent la coque

Du Captain Haddock

Qui dans sa cabine,

Ecluse sa bibine.

 

L’ange et le démon

Sortis de la bouteille,

Lui parlent à l’oreille,

Qui écouter donc ?

 

Le plaisir tout de suite

Ou bien la Sagesse ?

A cinquante huit,

On serre les fesses.

 

58 années à s’interroger,

A propos des nombres et de leur bascule,

Du moins essayer

De corriger les fautes de calcul.

 

Tout à l’heure le taxi me dit qu’être taxi c’est la troisième profession la plus pénible.

– What ?

Un peu surpris par l’argument, je lui demande qui, d’après lui, sont les deux premières professions les plus pénibles, il me répond : en « un », la restauration, « en deux » le bâtiment …

– Et en quoi « Taxi » c’est si difficile ?

Du tac au tac, il me répond :

– Nous, on respire que de la merde, on est assis dix heures par jour…  la prostate tout ça. En trois ans, y a des jeunes qui prennent des ventres comme ça…

Un peu abasourdi, je lui demande ce qu’il pense des marins et des mineurs…Il ne répond pas.

 

Chacun voit midi à son clocher. J’imagine que des profs pensent qu’il n’y rien de pire que d’être prof, et des flics, et des avocats, et des médecins et des chefs-monteurs et des maîtres nageurs et des brancardiers et des spéléologues qui veulent s’entendre dire qu’ils sont courageux de faire ce qu’ils font… Le monde est comme on le voit.

Je demande au taxi

– Et qu’est-ce que vous auriez aimé faire ?

– Archéologue, parce qu’on voyage et on creuse le sol, ou architecte parce qu’on construit des choses….

 

Depuis un mois j’ recevais dans le miroir

Des messages de jouvence,

Certains ont si peur d’arriver en r’tard

Qu’ils arrivent trop en avance.

 

Cinquante huit,

Snapchat et twitt’

Officiellement annie versé,

Aujourd’hui, ça y est.

 

Y a 58 ans, ma mère m’a donné la vie.

C’est elle que je remercie

De m’avoir donné la chance

D’enquiller les expériences.

 

À commencer par cette année,

Pas prêt d’avaler des somnifères,

Pour un bonheur sans succédané,

M’en reste encore beaucoup à faire.

 

® CharlElie – 20XIV