Menu
visuel Art & Scalp

les titres

Tracks

  1. 1000 interviews (biographie)
    1000 interviews (biographie)

    On a tous fait des petits métiers
    Débardeur embouteillage, garçon d’café et postier
    J’ai dormi à la belle ou dans les communautés
    Souvenirs de vaisselle plein l’évier
    Je suis né à Nancy, ville de l’Est de la France
    Père antiquaire érudit et mère toute en nuances
    Piano solfège à 7 ans, première guitare à 13
    A 14 feud’camp à 15 ans juste une hypothèse

    Refrain
    Mille interviews
    Pour lever le voile
    Comme s’il fallait que j’avoue
    Un secret d ’étoile
    Mais y a pas de pierre philosophale
    Patchwork amphibie
    That is my biography

    Et j’écrivais des scénarii
    J’ voulais combattre ’ennui à tout prix
    J’ laissais des cartes de visite dans la sciure
    On voit tous l’Art à sa mesure
    Dans ce bouillon de culture ambigu
    En sueur je ne suis qu’un jongleur de plus
    Même si Blackwell m’a fait confiance
    Tout est histoire de circonstances

    Refrain

    Qui y es tu, ton accent ton look d’où viens tu
    Quelles intentions dans le fond étais tu
    L’un des rois mages
    Quelle est cette question qu’on t’a jamais posée
    Quel serait ton dernier message
    Comme un œuf vous me faites cuire
    Coup de bluff et musée de cire
    Succession bancale, autopsie, archéologie du souvenir

    J’ai décollé mon étiquette
    J’ai appris mes réponses par cœur
    J’ connais le pickpocket
    Qu’a débranché mon pacemaker
    Chaque vie est un roman à traduire

    Refrain
  2. Artland
    Artland

    Tant d’informations circulent à la vitesse du son
    Tant d’ généralités, les poissons sont noyés
    Fascinés par l’orient obsédés par l’Occident
    Y a tant d’ morales contradictoires
    Tant de cris de victoire

    Fasciné par l ’apparence ou les vagues de la mode
    Boulimie du plaisir sans discours de la méthode
    Entre l’ boucan des latinos et l’introversion nordique
    Entre la rose et la fleur de lys en république

    Refrain
    J’ sais plus sur quel pied danser y a tellement de danseurs
    Par quel biais penser y a tellement de penseurs
    I’m looking for my Artland , looking for it.

    L’Amérique est une reine trop capricieuse
    L’URSS une montagne mystérieuse
    Dans le pacifique la Chine et le Japon
    R’gardent la crise économique pendant que l’Europe
    cherche l’Union

    Fascinés par le jeu qui voulait s’enrichir vite
    Et les contrôles fisqueux torpillent les réussites
    Société d’assistés brimqueballés comme des wagons de chemin de fer
    Ou de larmes sucrées pour irriguer l’ désert

    Refrain

    Les camions sont bloqués de l’autre côté de la frontière
    Et tu trimbales à pied tes fantasmes révolutionnaires
    Un vétéran ivre mort pisse dans son froc sa Budweiser
    Il a fini la guerre, Vietnam, 68, dans les livres scolaires

    Refrain

    Les ethnologues s’affolent, les psychiatres perdent la boussole
    Les écolos font d’ grands débats les avocats lèvent les bras
    Ethnologie active, y a trop d’expectatives
    Y a que l’Art ou la beauté sauvage comme bouée de sauvetage

    Refrain
  3. Le rêve de Sancho (Don Quichotte ou artiste)
    Le rêve de Sancho (Don Quichotte ou artiste)

    Artistes bloc-note
    On était toute une bande
    Toi t’étais Don Quichotte
    Sur ta mobylette Rossinante
    Tu attaquais l’histoire
    Ou les moulins de l’espoir,
    Les nuits sont trop brèves
    Sancho bouffait ses rêves.

    Tu t’ croyais le plus fort
    Bien plus fort que la mort
    Certain d’avoir raison
    Naïveté et passion
    Créateur dans une bulle
    Théorie en apesanteur
    Caricature minuscule
    Rentabilité d’ malheur.

    Refrain
    Don quichotte ou artiste
    Chacun était pourtant certain
    D’être sur la liste
    Qu’un jour on le reconnaîtrait enfin

    Tu cherchais une vérité
    Ou un principe à toi,
    Gorgé d’amour propre
    Et de manque de sang froid,
    Et la cause était noble
    Où sont mes références,
    Tu noyais le reste du monde
    Dans un abysse d’ignorance.

    Refrain

    Tu inventais des réponses
    Aux 40 grandes questions millénaires
    Sûrement qu’ la terre entière
    Attendait qu’tu te prononces
    Elle disait qu ’la pensée pure
    Accélérerait le futur
    Tu répondais :J’connais
    Les vieux totems
    Peu importe puisque j’t’aime

    Refrain

    Et puis 10 ans passés
    Et puis te retrouver
    Don Quichotte est tombé
    Les artistes eux aussi,
    Y en a un qu’est livreur
    Un autre prof de couleurs,

    Elle, elle s’est mariée,
    T’as voulu t’ suicider

    Y a un homme d’affaires,
    Une qui bosse chez son père,
    Y a un éducateur chômeur
    Et moi qui suis chanteur.

    Refrain
    Don quichotte ou artiste
    Chacun était pourtant certain
    D’être sur la liste
    Qu’un jour on le reconnaîtrait enfin
    Tous ceux de notre âge devaient penser comme nous
    comme nous
  4. Denie
    Denie

    C’est ton secret, Ne lui dis pas,
    Qu’est-ce que tu gagneras ? Elle ne savait pas.
    I mean it’s on onw, your own secret
    It’s too late, you got nothing to win
    Denie,
    Denie,
    Denie,
    Denie

    Ca s’est passé la nuit, one seule nuit,
    Une seule fois, y a d’amour là dessous
    One night, just only night
    You got nothing to win it’s too late
    Denie,
    Denie,
    Denie,
    Denie

    Tu veux te soulager, es-tu fier ou as-tu honte ?
    Elle ne savait pas alors, Pourquoi lui dire ça
    She didn’t know it so why should you speak ?
    It’s too late now, don’t you see it ?
    Denie,
    Denie,
    Denie,
    Denie
  5. (Les saints) Innocents condamnés
    (Les saints) Innocents condamnés

    On a gavé les oies, des restaurants les guettent,
    Les écureuils s’inquiètent, paranoïa
    L’ bon ou l’ jeu d’ la loi, bonheur de porcelaine
    Les maisons sont pleines, et tu croises les doigts.

    Condamnés à gagner, condamnés à construire
    Condamnés à payer, condamnés à choisir
    Condamnés à lutter condamnés à produire
    On est tous innocents, condamnés à tenir

    Les autruches angoissées dressent des bergers au combat,
    Miliciens de banlieue molle ou paranoïa,
    Les anges de cuir s’envolent sur leur moto chromée
    Mad Max et rock’n roll, sociologie cloutée.

    Condamnés par politique, condamnés par nécessité ’conomique
    On est tous innocents, condamnés un jour à se faire aider,
    Condamnés par la silicon valley ou condamnés par le progrès
    Innocents condamnés à changer d’existence.

    La famille dans le cirage quand les mômes sniffent la colle
    Autodéfense antivol dans la bagnole au garage
    Trop de menaces d’ans l’air, tomber dans le panneau
    Sida ou nucléaire, panique dans les bureaux

    T’as accusé Reagan, t’as accusé l’Islam,
    T’as accusé Mitterrand, t’as même accusé les femmes
    T’as accusé les noirs, accusé les chômeurs
    C’est vrai qu’ les média sont les vecteurs des envies du pouvoir

    Le gardien perd les pédales tire sur un joueur de saxophone,
    Voulait faire le bien le mal comme Sylvester Stallone
    Manichéisme en ballotage
    Terrorisme et bande dessinée

    Condamnés à réussir ou condamnés à désobéir
    Innocent condamné à tenir
    Condamnés à manger ou condamnés à dormir
    Innocent Condamnés par le destin
    A un être un saint ou une brebis damnée
    Les tortues grapahutent sur la plage quand elles sentent le danger

    (Innocent condamnés ) ad lib
  6. Gogo girl (Buffalo-crate pornographic blues)
    Gogo girl (Buffalo-crate pornographic blues)

    Une souris sexy me regarde comme un morceau de fromage
    Et ses yeux me poignardent comme des anthropophages
    Dans c’ bar au québec tu m’parles de ton air de de Redneck
    Mais j pas fini mon verre ne me laisse pas me rouler par terre
    On m’ a volé mon portefeuille et mon, permis de conduire
    oh me fais pas un clin d’œil c’est moi qui devait te séduire

    Gogo girls et gogo Buffalo
    For a gogo X blues

    Ta démarche vulgaire entre les tables des cruisers pervers
    J’ voudrais tes grandes lèvres indociles ou la rose tatouée sur ton nombril
    La salive dans l’alcool, je te vois maint’nant de profil
    Ton fard à paupière sur mon épaule, je suis sans domicile
    Tu peux faire de moi une plante vivace ou une anguille dans la mer des sarcasmes
    Pourquoi ai-je donc tant parlé, c’est moi qui devais te séduire

    Gogo girls et gogo Buffalo
    For a gogo X blues

    Oh s’il te plait bébé je sais plus qui je suis,
    J’ai même plus d’alibi, j’sais même plus si t’es là,
    Chante une chanson Inuit ou danse encore une fois,
    Mais s’il te plait fais vite je suis un hors-la-loi,
    Charmante baby doll , j’ suis sous ta protectionn
    Hn hn, ’ai envie de toi à défaut de te séduire


    Gogo girls et gogo Buffalo
    For a gogo X blues

    D’ici 10 minutes je m’écroule dit-il et je sens que le temps s’écoule
    J’voudrais m’identifier à ton cul, ma langue reptile sur tes seins nus,
    J’voudrais te boire comme un syphon, ou gober ton clitoris en longueur,
    Mettre le doigt dans tes odeurs et m’introduire dans le fruit de la passion
    Ça ennuie tout le monde dit-il, faire la morale c’est inutile
    J’n’ai plus de calice à remplirc’est moi qui devait te séduire

    Ton regard flambe dans ce heavy bar topless
    J’ voudrais qu’tu mouilles mes jambes dit-il j’ connais mes faiblesses
    Gogo girl and rocking, tu connais la routine
    T’as appelé le beau doorman avec sa gueule de doberman
    Oh s’il te plaît laisse-moi une chance ne me sacrifie pas
    Aurai-je du sortir sans essayer de te séduire

    Gogo girls et gogo Buffalo
    For a gogo X blues
    (4)
  7. Exilée réfugiée (polonaise)
    Exilée réfugiée (polonaise)

    Les rivières qui débordaient, et les champs inondés,
    Je f’sais du stop près de la frontière Allemande,
    Départementales sous la pluie, j’avais les pieds trempés
    il pleuvait toujours je sais, elle conduisait une vieille Lada

    Plus de maison, plus de métier
    Plus de famille, quand on a tout abandonné
    Exilée réfugiée
    Faut-il toujours s’enfuir, quand on veut être libre ?

    Cassette dans la boîte à gants, blues noirs et des rébétika,
    Chopin ou Dylan, mais le secteur est tombé en panne,
    Y avait qu’un seul essuie-glace qu’ essuyait le reflet,
    De son visage inquiet, elle était Polonaise.

    Plus de souvenir, plus de gadgets,
    Plus d’amis, elle avait tout abandonné,
    Une toute petite demi-heure pour tout sacrifier,
    Faut-il toujours s’enfuir quand on veut être libre ?

    Elle avait une belle voix grave, elle parlait beaucoup
    Du chiffre 13 en faisant rouler les R,
    Y avait des cartes routières sur le siège arrière,
    Peut-être qu’elle savait où elle allait ?

    Croisement d’une nationale, on s’est arrêté,
    Dans un bar pour routiers on a bu un café,
    Un soir de plus qui tombait à la fin d’un long hiver,
    Et défilaient les convois militaires.

    Elle a repris de l’essence, et puis elle m’a laissé,
    Elle était déjà partie
    Les phares des camions Bulgares traversaient la nuit
    Bonne chance ma belle, au revoir, je l’ai vue crever le brouillard
    L’eau débordera du barrage disait-elle, quand le courage en arme
    Aura vaincu, vaincu les larmes
    Elle était exilée réfugiée,
    Pourquoi faut-il toujours s’enfuir, quand on veut être libre ?
  8. Après 11 heures
    Après 11 heures

    Les portes ne s’ouvrent pas après onze heures,
    Car les jeunes filles ont peur qu’on en reste pas là,
    Demain, demain tu diras, tu sais je dormais,
    J’ t’ assure que c’est vrai tu me jureras ça.

    La sonnette, la sonnette tinte,
    Tu sais on l’entend bien depuis le couloir,
    Et dans le judas sans le vouloir,
    J’crois voir ton œil qui veut savoir.

    Les gens dans l’escalier s’arrêtent sur le palier,
    Ils disent qu’il faut descendre, allez monsieur il faut vous rendre,
    A l’évidence sans vous défendre,
    Il faut vous rendre, sans vous défendre.

    Les portes ne s’ouvrent pas après onze heures
    Car les jeunes filles ont peur qu’on en reste pas là
    Demain, mais demain tu diras : tu sais je dormais
    Tu me jureras ça.
  9. Elle a trop d’expérience
    Elle a trop d’expérience

    Elle a trop d’expérience,
    Elle a trop d’expérience,

    J’étais enthousiaste comme un débutant mais elle me dit il faut rester lucide
    En amour, Oh mon amour ne dit jamais, jamais toujours

    Tu es vulnérable, je suis vulnérable
    Demain, c’est encore loin elle,
    Elle a trop d’expérience
    Elle a trop d’expérience

    Une nuit ou un autre jour, tu me tromperas n’est-ce pas ?
    Et moi je ne voulais pas la croire je disais bêtement : Nous sommes heureux,
    Pourquoi veux-tu que cela change ?
    Personne ne change jamais Elle dit d’accord mais le décor évolue
    On n’a pas besoin d’ la même sécurité selon qu’il vente ou qu’il soleille

    Elle a trop d’expérience
    Elle a trop d’expérience

    Je t’aime, tu m’aimes, disons que cela se passe aujourd’hui maintenant
    Et ne parle pas de l’avenir les seuls futurs que je connaisse, je les ai déjà vécus

    Tu es vulnérable, je suis vulnérable
    Ne dis pas demain, demain c’est encore loin, elle...
    Elle a trop d’expérience
    Elle a trop d’expérience
    Elle a trop d’expérience
    Elle a trop d’expérience.
  10. Carambolages
    Carambolages

    T’entends quelqu’un qui t’appelle comme si c’était ton père,
    Tu raccroches l’appareil et tu dis : Vas tu te taire ?

    Tu regardes une photo et tu voudrais qu’elle te parle,
    Tu répètes pourquoi ?aide moi Karl,
    Mais Karl n’a jamais rien dit, Karl a tout écrit,
    Et puis il est reparti, toi t’es resté ici...

    Y a un carambolage dans la rue, t’as le même dans ta tête,
    Martingale politique de l’imprévu, business ou market,
    Rien n’est impossible, t’as manqué ta cible.

    T’as mal dans le cou, et tu sais qu’elle s’en fout,
    Tu dis : j’ai été trop con en regardant le plafond

    Y a un carambolage dans la rue, t’as le même dans ta tête,
    Martingale politique de l’imprévu, business ou market.

    Et le chef syndical est venu te voir en personne,
    Il t’a dit des phrases banales mais des mots qui résonnent,
    Et tu sais que sans lui c’est la guerre, qu’il faudrait baisser les bras
    Changer de partenaire, ou engager le combat,

    T’as beaucoup de relations beaucoup de gens te connaissent
    Tu trouves tes solutions et les autres encaissent,
    Mais tu sais qu’ils te guettent, qu’ils jalousent ta réussite,
    Et si tu baisses la tête il frapperont tout de suite.

    Dans ton ordinateur, y a toutes les données tous les vecteurs,
    Y a même les prédictions nucléaires d’une cartomancienne Berbère,
    Tu consultes les spécialistes, et ceux là t’apprécient,
    Tu payes les renseignements et les payent un bon prix.

    Y a un carambolage dans la rue, t’as le même dans ta tête
    Martingale politique de l’imprévu, buziness market,
    RIen n’est impossible et t’as manqué ta cible,

    Tu tournes en rond dans ton bureau en te frottant les reins,
    Tu te revois enfant incapable de rien,
    Maintenant il fait nuit, tu sais que c’est fini,
    T’as pas encaissé le dernier complot, tu rembobines le magnéto,
    Il y a une arme dans le tiroir, tu sais que tu ne rentreras pas ce soir,
    Et personne ne voudra expliquer ce qui s’est vraiment passé ;
    Cette fois ça n’a pas marché.
  11. (Good night) Esméralda
    (Good night) Esméralda

    La ville est calme l’air ne bouge pas
    Je suis assis tout seul comme un Fela
    Dans cette rue déserte le charme du serpent
    Fenêtre ouverte sur le plaisir délinquant

    I mean Good night Esmeralda
    Esmeralda good night

    La nuit est chaude
    15$ dans la poche
    Une Mercedes qui rode
    Et le hasard qui s’approche
    elle m’a dit c’est ridicule
    Pourquoi changer les règles
    elle avait des scrupules
    petite fille espiègle

    Good night Esmeralda
    Esmeralda good night

    Les nuages avancent longue transhumance
    Et moi au présent oracle incompétent
    Vestale impudique j’ai perdu ton adresse
    Vénus ascendant platonique ou pêché de Jeunesse

    Good night Esmeralda
    Esmeralda good night

    J’attendrai comme un otage le petit jour fade in
    Effacer le ratage de ma nuit alcaline
    Star anonyme, j’ai pas lu ton horoscope
    Magicienne ou victime, ça donne rien en cinémascope

    Good night Esmeralda
    Esmeralda good night

    Instrumental

    Hollywood, Beverly, fausse alerte
    Je crois que tu es là
    Dans ces belles villas, bungalows inertes
    J’invente de terribles attentats.

    Good night Esmeralda
    Esmeralda good night

    Pleine lune rousse ou cambriolage
    Sentimental / camouflage,
    Sur les toits des ombres chinoises
    Et toi, dangereuse chatte siamoise

    Good night
    Esmeralda good night
    Good night
    Esmeralda good night
    I mean
    Good night Esmeralda
Acheter cet album en ligne
en bref

Intro

Label : ISLAND RECORDS
Formats : LP / CD
Année : 1985
Nombre de titres : 11

ils ont participé

Crédits

Production : Charlélie Couture

Charlélie Couture : voix, guitares, piano
Jerry Lipkins : claviers, basse, synthétiseurs, choeurs
Alice Botte : guitares, choeurs
Abram Causse : batterie, percussions

Enregistrements et mixage : Patrick Droguet assisté de Ludovic Lannen au Studio Vénus à Longueville