Menu
2002 - 2006

Day by day

9 – Elle ne parle que d’elle

Elle fait le bilan. À ce moment charnière de son existence, elle se pose des questions. Questions sans réponses. Elle ne parle que d’Elle. Comédienne de talent qui fait son travail. Elle joue bien son rôle, ses rôles. Elle est inquiète, comme souvent les comédiens. Les acteurs sont des gens inquiets, qui s’interrogent pour savoir s’ils doivent se transformer pour devenir le personnage qu’ils interprètent, ou si à l’inverse ledit personnage doit se fondre à leur personnalité tel un caméléon se choisissant un costume inspiré par la couleur du sol sur lequel ils sont installés. Ils ont été choisis pour ce qu’ils sont, par un metteur en scène, doivent-ils rester eux-mêmes de telle manière que le rôle s’enrichisse de leurs expériences personnelles ? Toujours l’histoire de la poule et de l’œuf.

Elle en a marre de jouer les pétasses, elle veut intervenir sur ce qui la concerne, c’est normal. Elle a des choses à dire et elle ne se gêne pas pour les dire. Mais à force de vouloir se mêler de la réalisation, à force de vouloir réécrire ses répliques, ça finit par énerver les réalisateurs et les auteurs, qui n’apprécient guère de la sentir dans leurs pattes à leur donner des conseils. Elle a moins de travail qu’avant. Elle a du talent, et du métier, mais elle en a moins qu’avant, moins de propositions, moins de rôles, elle n’a plus tant que ça le choix.

Travailleurs intérimaires qui bossent au coup par coup, dépendants qu’ils sont des productions et des humeurs des metteurs en scènes, des résultats du Box office, les comédiens sont des employés qui restent chez eux attendent qu’on les appelle.

Leur agent intermédiaire fait la jonction avec le monde de l’argent. Mais les agents n’en font jamais assez. Ils dealent les propositions qui arrivent aux acteurs, sans avoir ni les moyens ni l’aptitude à initier des projets.

Elle n’est plus tant demandée mais considère que c’est la faute de l’agent.

Elle entre dans la deuxième moitié de son existence qu’elle est mal barrée pour partager avec un compagnon. Elle est belle, elle a du charme, encore du charme, mais elle est seule. Attrayante mais seule avec un p’tit chien, sa poupée. Fiasco sentimental.

Souvent les gens seuls n’ont pas su se mettre en valeur; l’amour est passé sans qu’ils s’en aperçoivent. Ils n’ont pas su attirer l’attention, ils n’ont pas su faire converger vers eux l’estime d’autrui. Elle, non. Elle pense que les mecs, tous les mecs sont fous d’elle, qu’ils veulent la violer au premier regard. Elle a eu des histoires d’amour, beaucoup d’histoires et d’aventures en épisodes à suivre. Ça a toujours capoté. Au bout d’un temps, les mecs en ont eu marre de l’entendre s’épancher. Normal . Elle parle, qu’est ce qu’elle parle !  Elle ne parle que d’elle qui n’a pas envie d’être seule, mais elle est invivable.

Elle est gentille mais peu généreuse, refusant de faire des sacrifices. Elle ne veut pas être prise mais quand l’amour est passion, elle veut bien s’offrir corps et âme, se donner comme un sport donne de la lumière. Elle veut briller, éclairer le monde de son savoir, nous éclairer de ses lumières ? Cette fille c’est un spot, un projecteur. mais le monde ne veut plus de sa lanterne, alors du coup, elle est frustrée comme une bougie éteinte qui n’est plus que de la cire.

Peut-être qu’elle est trop égoïste. Peut-être qu’il y a dans son âme, un petit diable qui prend le dessus. Son ego est trop fort. c’est l’Ego qui l’empêche de jouer à se construire.

Ego / maniaque, ego / centrique, elle panique dès qu’on s’intéresse à un autre qu’elle.

C’est une femme intelligente, mais qui n’écoute pas ce qu’on lui dit. Sourde à ce qui se passe ailleurs, elle refuse d’être poreuse. Oui c’est ça, elle est imperméable. Et les pluies, les averses, les orages d’amour qui tombent du ciel, ruissellent sur la peau huilée. Elle dit qu’elle veut recevoir de l’amour, (on veut tous être aimé), mais de quel amour parle-elle ?  En fait, elle veut qu’on l’admire, mais elle n’aime pas.

C’est difficile d’être une mère seule. Mère amère, que sa fille déteste. Histoires de jalousies et d’œdipe mal assimilés.

Comment gérer la comédie et la maternité ?

(Une autre de mes amies, craignait les conflits avec son fils unique. Né de l’union d’un soir, elle l’a toujours laissé faire, et n’a jamais eu d’autorité sur lui. Elle ne l’a jamais contredit, il n’en fait qu’à sa tête. Il n’obéit pas. Avec l’âge et le temps qui passe, cette relation mère-fils devient très bizarre. Il est gentil, mais il ne connaît pas ses limites. Si elle se couche à deux heures, il se couche à deux heures du mat’. On n’ose plus l’inviter. Il la suit partout. Il a copié son modèle sur celui de sa mère, du coup, à douze ans il est trop à l’aise dans un monde qui n’a pas encore besoin de lui. Il parle fort et se mêle de conversations adultes qu’il ne comprend pas, énonçant des lieux-communs de gamins.

Elle s’endort sur son épaule et ce jeune môme est plus un ami qu’un fils. Il n’a jamais été un enfant.

Ils risquent de le payer cher plus tard. Difficile d’être à la fois mère et père.)

Aimer ce n’est pas seulement dire «, « je t’aime »,

Aimer c’est prouver que l’on aime,

Par des gestes, des attentions.

Il y a une réalité de l’amour,

Ce n’est pas un simple mot, une réplique ou une chanson,

Aimer est une attitude.

 

Elle ne parle que d’elle et ça m’endort.

 

® CharlElie – Septembre 2002

 

 

 

 

 

 

 

.