Menu
2002 - 2006

Day by day

14 – Priorités

Tout est question de priorité. Le fond ou la forme ? L’utile ou l’agréable ? La raison ou l’illusion ? Le hasard ou le contrôle ?

Les références qui nous définissent, les concepts auxquels on réagit, les énergies qui nous animent sont tous aussi différents que les étoiles. Comment estimer la valeur des pulsions qui constituent notre univers intérieur. On fait instinctivement des choix inspirés par ce que l’on considère comme des priorités.

Pour les uns la « fin » justifie les moyens, pour d’autres c’est la manière qui a le plus d’importance. Pour les intellectuels c’est le geste qui compte, pour les matérialistes pragmatiques, seul le résultat a un sens. Pour les uns, c’est le sens que l’on donne à nos actes, pour d’autres ce sont les actes eux-mêmes.

Pour les uns c’est le sexe, pour d’autres c’est le calme. Excité par l’envie d’ailleurs, certains couples risquent le déséquilibre, l’envie du chasseur, d’autres contacts, d’autres peaux, de nouvelles caresses, juste pour le plaisir d’un instant, l’excitation de l’aventure en terre inconnue, une nuit ou quelques heures passées avec un autre corps qu’on quitte à l’instant où il se révèle différent de ce qu’on attend de l’idéal. D’autres se mettent des œillères ou châtrent la tentation ; monogames, malgré les aléas, les disputes et les mésententes, introspection mutuelle qui devient au fur et à mesure de plus en plus abstraite ils pénètrent le temps comme on traverse une forêt. Ça ne fait pas les gros titres dans les tabloïds . Plaisir instantané ou sécurité potentielle d’un investissent émotionnel ? Solitaires célibataires, aventuriers, divorcés, séparés déchirés, ou murets de pierrailles ? C’est juste une histoire de priorité.

La fantaisie ou la lucidité ? L’illusion ou la réalité ?

« Demain j’arrête »  la drogue, le pouvoir, l’alcool, fumer, le sucre, l’argent, la gourmandise, le sexe, la puissance, le jeu, tout ce qui est un défi pour se sentir exister, exister plus. Connaître la définition du mal, du diable ou du vilain, ou mettre consciemment sa santé ou sa vie en péril ne suffit pas à le convaincre un addict’ de cesser sa pratique. La priorité d’un consommateur, c’est le plaisir. Jusqu’au suicide. Se laisser éroder plus ou moins doucement. Au moment du choix, prendre l’option de la sagesse ou le plaisir qui fait décoller? L’envie de décrocher du réel est plus forte que la sagesse. Le cancer ou l’accident, à ce moment précis, ça ne signifie rien.

Tout est question de priorité.

Le temps ou le confort ?

Un conduite sécure sur la route ou l’urgence pour arriver en transit d’un point à un autre?

Quelques fois la question ne se pose pas. On a pris du retard à faire autre chose ailleurs.  Accélérer pour réduire la distance.

Mais souvent dix minutes avant ou dix minutes après c’est une question d’orgueil, refuser d’être contraint par la route. Le flegme n’est pas enseigné.

Je me déplace en scooter dans la ville parce que j’estime le Temps que je gagne à ne pas mourir d’ennui dans les embouteillages. Plus important que le froid, la pluie ou les intempéries, je préfère cailler mais passer de temps à autre chose, plutôt que l’air clim’ pendant des plombes.

D’autres estiment leur vie autrement, considérant que, plutôt que se geler les arpions en prenant des risques entre les voitures, il est plus important d’être tranquille au chaud dans sa caisse, même s’il doit être bloqué dedans pendant des heures de trafic bloqué.

Tout est question de priorité.

Il n’y a pas de bien ou de mal dans ce domaine.

Par exemple: Choisira-t-on l’élégance ou la gourmandise?

Est ce qu’on préfère manger des bons plats bien riches en goûts en matières grasses et savoureuses sauces mijotées préparées avec amour, bref se régaler en goûtant aux nourritures variées de notre nature omnivore au risque de voir notre ceinture abdominale se détendre insidieusement en proportion des crans de ceinture, ou est-ce  qu’on préférera l’élégance du ventre plat de ceux qui ne finissent pas leurs plat, ceux qui ont appris à se priver mais qui en échange, se tiennent droit et droites, peuvent continuer d’agir longtemps, peuvent prendre du plaisir en faisant du sport ou danser à 60 ans sans être épuisés ?

Tout est question de priorité.

Est-ce la famille ou le boulot, l’argent, la réussite sociale au détriment d’échanges plus intimes ?

Est-ce plus important de rester au bureau pour finir de faire avancer un dossier qui peut-être débouchera sur un contrat juteux, ou même partir en voyage pour visiter une usine à 800 kilomètres ou bien

est ce que c’est plus important de s’occuper de faire réviser les leçons le soir après une dure journée, s’asseoir avec son enfant et replonger dans la virtualité d’un savoir scolaire très théorique tandis que nous?

Est-ce qu’être parents, est plus important que faire ce qu’on veut comme des amants ?

Est-ce que c’est mieux de considérer qu’on ne vit qu’une fois et que donc, il faut savoir en profiter pour sortir ou regarder tous les soirs la télé en ne pesant à rien,

ou bien est ce que c’est mieux de discuter avec ses enfants?

Il y a bien sûr des pressions sociales qui incitent à se comporter comme ci ou comme ça, mais la Liberté c’est de se dégager de ces pressions pour agir selon soi-même, et la conscience, ou l’âme d’un individu, c’est justement cela, c’est toute cette série de priorités.

 

Pour un gouvernement c’est pareil

Tout est question de priorité

Est-ce l’armée ou l’éducation ?

Est-ce la police répressive ou la prévention,

Est-ce la culture ou l’économie ?

Est-ce la loi ou la morale ?

Ce qui est intéressant, c’est de repérer les alternatives.

 

® CharlElie – Octobre 2002