Menu
Tous les livres

Bibliographie

Les Dragons en Sucre

Une vingtaine d’histoires courtes, percutantes sur un continent violent et sauvage

 

Extrait de : La nuit reptile.

Elle s’amusait avec une brindille glissée entre les mailles fines de la cage. Derrière la grille, la bête ne bougeait pas. Sous le soleil, on ne bouge pas. Assise sur une caisse la petite gamine regardait l’infini. Elle s’appelait Sang-Froid. Il voudrait la lâcher mais elle reste collée à lui, Sang-Froid le suit comme une apostrophe.

Finalement Jeff s’arrête devant le Mondo Pub. Camionneurs fébriles et livreurs thaïs, jeunes tendus et gros patraques, travelos misères et filles fatales, fermiers infirmes et couples junks, machistes en rut et chasseurs d’hosties, deux violents débiles ou un vieux jackeroo * (cowboy), les fins de semaines se retrouvaient dans ce bar à musique où l’on pouvait boire et danser.

Comme tous les vendredis, assise au bar, Shelby boit une bière en discutant avec le gros barman. Videur de boîte ou remplisseur de verres, Boo Belly ne fait pas de manières. Ex-footballeur, pilier central  de la ligne arrière, il continue à défendre son terrain. Les bras larges comme des cuisses et le ventre lourd d’un rhinocéros, Boo Belly est énorme. A force de boire, il a fini par ressembler à un tonneau.

Shelby parle sans arrêt. Elle est la cause de beaucoup d’ embrouilles. Assise en vedette sous une lumière verte, Shelby voudrait être connue; alors elle s’est creusée une place ici, dans la fumée du Mondo Pub.Habituée à l’endroit comme une anobie dans le bois, elle se sent chez elle ici. Elle fait des sourires à la galerie en bougeant les hanches. Elle boit sa semaine appuyée au bar et puis elle se regonfle en rallumant une cigarette. En équilibre sur son grand tabouret, Shelby joue à paraître. Jeff la regarde à peine mais elle l’interpelle:

– Salut Jeff, comment tu vas?

Il répond sans faire attention:

– Ca va et toi?

Il scrute la salle, comme  s’il était en retard à une livraison.

Les gens se parlent peut être ici, ou bien ils ne disent rien. Ils ne viennent pas là pour les mots. Même quand ils jouent, ils se taisent. De toute façon, on n’entend rien, la sono est trop forte, ils boivent et se concentrent sur leur queue autour des trois billards dans le fond du pub ou bien ils s’excitent sur leur joystick en gavant la machine de dollars en monnaie.

Ils ne sont pas venus pour gagner, ils sont venus pour être ensemble. Boire ensemble. Regarder la même chose, respirer la même fumée, écouter le même groupe.