Menu
Tous les livres

Bibliographie

Inventaire paradoxal des petits plaisirs et des grandes haines

Le monde que je ressens n’est pas fait d’une séparation manichéenne entre le Bien et le Mal, il s’allume en permanence comme une guirlande d’ampoules  ntre le feu, la droite contre la gauche, dans une société caractérisée par la nécessité de communiquer des messages simplifiés à l’extrême, chacun se retrouve caricaturé, cloîtré entre les murs de ses aspirations propres.

A la question posée: “qu’est ce que tu aimes? qu’est ce que tu détestes?”, j’ai souvent entendu des niaiseries démagogiques

Tous les jours, ou presque, j’aime quelque chose ou quelqu’un, un instant, une lumière, un objet, un regard, une blague ou une caresse.

Presque tous les jours, je déteste un sabotage, un frein, une complaisance ou un microbe.